jeudi 29 janvier 2015

Une seconde vie


Bonjour, 

voici mon histoire...

J'ai commencé a avoir des contraction le 31 Août au soir mais j'ai attendu que cela soit régulier. Au matin mes contractions étaient vraiment plus fortes, j'ai appelé mon mari pour qu'il revienne du travail pour qu'il m’amène a l'hôpital d' ARRAS, et effectivement c' était des vraies contractions. 
J'étais dilaté a 3 cm, je suis donc je suis allée en salle d'accouchement, il m'ont posé la péridurale sans problème, le gynéco est venu a plusieurs reprises car le cœur du bébé été ralenti.Ils m'ont mis en position assise pour réveillé bébé mais en voyant que cela ne fonctionnait pas, ils ont préféré me faire une césarienne d'urgence. Son cœur été a 90 battements. 

La sage femme a voulu me donner un comprimé a avaler avant de partir mais au moment ou j'ai eu le médicament en bouche, je n'arrivais plus a avaler, ni a respirer, ma respiration été bloquée...

il m'on demander a plusieurs reprises ce qui se passait mais je n'arrivais pas a parler ni a respirer, je me suis senti mourir...

Après gros trou noir... J'ai entendu le gynéco qui disait que j'étais en mydriase bilatérale (augmentation du diamètre de la pupille par la contraction du muscle dilatateur de l'iris) et j'ai senti très peu l'anesthésiste qui me donnait des petites claques pour que je revienne. J'étais a 70 % d'oxygène avec 15 litres,  j'avais un  score Glasgow à 3 (soit un traumatisme crânien grave).

Je me suis réveillée dans un couloir avec les soignants a coté, je pense qu'on été parti faire une IRM, j'étais intubée ventilée. Je faisais des signes au soignant pour savoir ou été mon bébé, mais personne ne m'a répondu.. Puis de nouveaux trou noir...

Je me suis réveillée en réanimation toujours intubée ventilée branchée à un respirateur artificiel (ça fait vraiment bizarre de ne pas respirer de moi même). L'infirmière a demandé a plusieurs reprises si mon mari pouvait venir me voir... En fin d’après midi , même dans la soirée (je m'en souviens plus de l'heure), il m'ont enlevé le tube dans la bouche et il m'ont mise un masque avec 15 litre d'oxygène. Mon mari a pu rentrer me voir, il y avait ma sœur avec lui. Il m'a dit que le bébé allait mieux, qu'elle avait eu un début difficile mais qu'elle allait mieux.

Le lendemain, il m'ont enlevé le tube dans le nez et m'ont refait une radio des poumons , le résultat de la 2 eme radio été mieux mais il resté un petit problème en bas du poumon gauche.

Comme je me suis vite remise,  j'ai eu l'autorisation de revenir à ARRAS dans la journée, je devais partir avec de l'oxygène mais il ont essayé de me l'enlever doucement, ce qui a marché, je suis repartie pour ARRAS en début d’après midi le 2 septembre sans oxygène pendant mon séjour à la maternité, j'ai eu tous les gynéco qui sont venus me voir et m'ont dit que l'embolie amniotique est très rare. (une des complications les plus redoutables en obstétrique par son imprévisibilité, sa brutalité et sa fatalité puisqu’elle représente la deuxième cause de mort maternelle en France)

Le gynéco qui m'a fait ma césarienne et  il est venu me voir et m'a dit qu'il pensait que je ne reviendrais pas. D'ailleurs il avait autorisé mon mari de venir me voir avant que je parte pour Lille car il pensait que c'était la dernière fois que mon mari me voyait vivante.

Il m'a dit qu'il avait fait des prélèvements qui sont partis à Lyon, Pais, Nantes et je sais plus où... Les résultats sont revenus positifs, j'avais bien fait une embolie amniotique...

Maintenant cela fait 4 mois que cela s'est produit et j'ai parfois encore du mal par rapport a ce qui s'est passé. J'aurais aimé parler à des personnes qui on vécu la même chose ou une situation similaire.

Sachant que cela été mon 3 eme accouchement. 

Le 15 octobre 2008 pour mon 1er accouchement, la péridurale n'avait pas fonctionné donc j'ai accouché sans péri et j'ai eu une révision utérine (Elle consiste à vérifier que plus aucun morceau de placenta n'est resté accroché dans l'utérus après l'accouchement, et donc que la délivrance "ici artificielle" a bien été totale afin d'éviter une hémorragie de la délivrance qui est la 1ere cause de mortalité liée à l'accouchement) car après la naissance, au moment ou ils ont voulu enlever le placenta le cordon s'est cassé...
Puis le 15 juillet 2012 pour mon 2 eme accouchement j'ai eu une procidence du cordon (c'est quand le cordon ombilical se trouve comprimé entre la paroi utérine ou le col de l'utérus et la tête de l'enfant. Cette compression provoque une moins bonne oxygénation de l'enfant, le sang circulant moins bien. Cela a pour conséquence un ralentissement du rythme cardiaque et une souffrance fœtale qui nécessite une intervention en urgence) et là, pour mon 3ème, le 1er septembre 2014 j'ai eu une embolie amniotique..
Aujourd'hui j'en parle un peu mieux mais c'est encore dur de savoir ce qui s'est passé. Parfois j'en pleure même... C'est encore dur à vivre cette situation, j'en parle mieux mais ce n'est pas encore ça... Mon mari a eu du mal, il m'a vu intubée, ventilée et m'a vu partir avec le SAMU... Je pense qu'il a encore du mal à le vivre mais il ne m'en parle pas...

Merci de m'avoir lu et si vous connaissez quelqu'un qui aurait vécu la même chose, prévenez moi, merci ...

Pitchoune3012


Pour + d'informations sur les "pourquoi d'une césarienne en cours de travail" je vous conseille la lecture de ce billet sur le site de Césarinehttp://www.cesarine.org/avant/urgence/


source photo :net